SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
11/05/2016

Le Chocolat Bean to Bar en questions à Tours lors d'un séminaire de réflexion à Arcades Institute

Communiqué


Le 1er séminaire intitulé "Bean to bar : kesako ?" sur la notion de fabrication du chocolat à partir de la fève, se tiendra lundi 16 mai prochain à Tours à l'Arcade Institute en présence d'une dizaine de spécialistes francophones professionnels (chocolatiers bean-to-bar, distributeurs, importateurs de chocolats ou de fèves) ou amateurs chevronnés. Lors de ce séminaire de travail ils tenteront d’apporter une traduction française définissant ce savoir-faire rare : la fabrication du chocolat depuis la fève jusqu’à la tablette.Un séminaire organisé par Laurent Meudic, fondateur et gérant de La Balade Gourmande, épicerie fine de produits exclusivement régionaux et locaux et spécialiste du chocolat "Bean to bar"



Le Chocolat Bean to Bar en questions à Tours lors d'un séminaire de réflexion à Arcades Institute
Mois après mois, années après années, Professionnels & Amateurs de crus de cacaos d’origine constatent un manque de connaissance du grand public quant aux différents savoir-faire chocolatiers.

Ainsi, faute de réglementation plus détaillée :
- L’Industriel qui fabrique de grandes quantités de chocolat pour les supermarchés,
- L’Industriel ou l’Artisan qui fait fondre un chocolat de couverture produit par un confrère Industriel ou Artisan,
- et l’Artisan qui produit son propre chocolat à partir des fèves de cacao,
sont tous des « CHOCOLATIERS », sans aucune distinction.

Or, la fabrication du chocolat requiert des compétences bien particulières, pour lesquelles il n’existe plus aucune formation de nos jours, tout se faisant sur le tas avec les rares artisans qui ont su conserver ce savoir-faire…

En outre, avec la montée en puissance ces dernières années des notions « d’Origine » et de
« Grands Crus », il devient de plus en plus nécessaire de faire la part des choses, dans un métier devenu complexe.

Certains secteurs d’activité ont compris depuis plus ou moins longtemps les enjeux d’une telle transparence, et se sont emparés de problématiques similaires :
- en Champagne, en instaurant les codes PR (« Propriétaires-Récoltants »), RM (« Récoltants-Manipulateurs ») et autres NM (« Négociants-Manipulants »)…
- ou chez les « Boulangers » qui, avec l’arrivée massive sur le marché des pains précuits industriels ont tenu à se distinguer des terminaux de cuisson…

Les anglo-saxons sur ce point sont en avance, puisqu’ils n’ont pas hésité à inventer un terme : « BEAN-TO-BAR ».
Et bien que que la France, la Belgique ou la Suisse soient régulièrement citées en références mondiales, il n’existe rien de tel à ce jour.
Or, il ne s’agit pas de se demander SI la vague « bean to bar » va arriver, mais QUAND ?!
Il est donc temps de poser le débat sur la table une fois pour toutes afin d’inventer une terminologie susceptible d’intéresser l’ensemble des pays francophones.

Parmi les intervenants : Sylvie Guillaume (Silco) ; Valentine Tibère (Les Routes du Chocolat) ; Laurence Alemanno (Chocolatitudes)...


A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 13